Second-aire.fr » Aire de vie » Education positive : Un dialogue ouvert

Education positive : Un dialogue ouvert

Ce n’est jamais simple de parler à un enfant surtout lorsqu’il n’est pas au meilleur de son humeur.

Il peut arriver que votre fils ou votre fille en bas âge et passé une mauvaise journée ou il y a un événement qui le ou la chagrine. Si vous le ressentez et que l’enfant vous fait signe qu’il veut en parler c’est le bon moment pour en discuter. Faîtes attention car il faudra être vigilant sur la forme comme sur le fond.

Comme son nom l’indique, l’éducation positive est une approche pragmatique pour raisonner l’enfant. l’outil principal est le dialogue. Il ne faut dévaloriser votre propre fille ou fils car ça ne lui sert pas au contraire. L’éducation positive vise à agir avec modération tout en encourageant l’enfant à continuer de découvrir son univers social et la vie. Mieux vaut être un parent intentionné qui cadre les règles de savoir-vivre mais qui n’abuse de son autorité que quelqu’un qui est constamment derrière son enfant et qui le bouscule verbalement sans chercher à prendre de la hauteur pour analyser les actions de son enfant. Cette dernière approche est rejeté par l’éducation positive. Il faut laisser de l’espace aux enfants pour qu’il développe eux mêmes leurs capacités sans être assistés en permanence.

Un concept enrichissant

Ce n’est pas parce que votre enfant boude ou ne vous parle pas qu’il faut le mépriser et le punir.

Mieux vaut essayer d’ouvrir un dialogue constructif avec lui pour qu’il s’ouvre à vous et ainsi répondre au problème par vos conseils. Vous verrez que l’enfant apprécie mieux de discuter calmement et dans un climat serein que s’il doit faire face à son père ou à sa mère dont il sait que la séquence va être dramatique pour lui. Il faut de la sagesse et une écoute bienveillante de votre part pour permettre à votre enfant de se confier à vous. Vous souhaitez davantage d’informations sur l’éducation positive, notre site internet http://education-positive.net répond à toutes vos questions.

Lisez un second article :